Le virus corona-fake-news galope

Et ce n’est pas une contrepèterie.

Remèdes miracles, théories conspirationnistes et récupérations politiques explosent sur la Toile depuis que la population est confinée. Avec, parfois, des conséquences graves.

Depuis le début du confinement, alors que la population doit affronter seule ses angoisses, la fréquentation des réseaux sociaux explose, en même temps que la diffusion de fausses informations, de scoops fumeux et de théories du complot, auxquels des personnalités servent parfois de caisse de résonance.

Le Point sépare ces emballements en trois catégories :

Les fausses médecines, les théories conspirationnistes et celles que le sociologue Gérald Bronner désigne comme les « opportunismes idéologiques ». Les premières sont « les plus dangereuses », précisément parce qu’elles paraissent anodines :

  • En Iran, plus de 210 personnes sont mortes d’intoxication au méthanol après avoir lu que l’alcool pouvait protéger du Covid-19…
  • En France, les remèdes de grands-mères prônés par des marchands de produits naturels ou des militants pullulent. Des actrices ont conseillé des huiles essentielles (dont le seul effet connu porte sur les sentiments, et de potentielles réactions allergènes).

Derrière ces messages que beaucoup partagent de bonne foi sur Facebook, les anti-vaccins, anticipant une future campagne pour lutter contre le nouveau virus, sont particulièrement actifs. Le Dr Henri Joyeux, récemment accusé d’essais cliniques sauvages sur des malades, explique ainsi sur son site Internet que la chaleur du soleil peut tuer le virus, de même que l’eau chaude : « Le liquide chaud dans la gorge fait que le virus, s’il est présent, rejoindra l’estomac dont l’acidité va le détruire». C’est évidemment absolument faux : il faudrait littéralement s’ébouillanter ou s’exposer une demi-heure à des températures de plus de 55 degrés pour pouvoir espérer le moindre effet…

La seconde catégorie regroupe les théories conspirationnistes, répondant toutes au même schéma : une puissance quelconque a créé ce virus pour servir un intérêt particulier. Au début de la crise, les thèses militaires ont eu leur heure de gloire, entretenues même par le porte-parole de la diplomatie chinoise, qui tweetait, le 13 mars, un article émanant d’un site notoirement conspirationniste : « Lisez et relayez. De nouvelles preuves que le virus est venu des États-Unis. »

Illustration de Deligne

Un « complot » contre la chloroquine

« Mais depuis dix jours, l’idée d’un complot autour de la chloroquine s’est imposée en France », souligne Rudy Reichstadt. « Nous aurions un traitement qui marche, mais les puissants voudraient nous empêcher d’y avoir accès. » Appuyée par plusieurs personnalités voyant dans cette « censure » par les autorités la main de « Big Pharma », cette thèse demeure, à ce jour, la plus populaire et s’est étendue bien au-delà de nos frontières.

En France, les Académies de médecine et de pharmacie se sont alarmées jeudi soir, de la vente sur Internet du médicament et de son usage « probable sans contrôle électrocardiographique initial ni suivi », qui placerait les patients en situation de danger.

La prévention du Covid-19

Les mauvais « conseils » à ne pas suivre :

Le confinement

Les fausses informations qui ont circulé :

L’épidémie et ses conséquences

Les fausses informations qui ont circulé :

La recherche de traitement contre le virus

Les fausses informations qui ont circulé :

L’origine du coronavirus SARS-CoV-2

Les fausses informations qui ont circulé :

Le débat politique en France

Les fausses affirmations qui ont circulé :

De quoi arrêter la propagation du virus de la coronerie

Et puisqu’il est bon de toujours citer ses sources : merci aux sites 20 minutes, Le Point, Le Monde, Les Observateurs et AFP Factuel.

COVID-19

Recrutement & Formation 100% en ligne

Pendant le confinement – les cours continuent et les inscriptions sont ouvertes 😊